Parents homos, parents normaux ?

J’avais annoncé un autre sujet pour mon prochain article et j’avais même pensé ne pas m’exprimer sur l’homoparentalité dans mes bavardages, d’une part parce que nous sommes submergés de divers points de vue sur la question depuis quelques semaines et d’autre part parce que je sais que ma prise de position risque de me faire perdre une partie de mon lectorat.

Mais je n’écris pas pour faire dans le consensuel mou et la détresse d’une personne qui m’est chère, malmenée par l’ambiance belliqueuse que suscite ce grand débat de société, me pousse à prendre la plume.

Je ne me fatiguerai pas à prendre chaque argument du camp adverse pour les contredire, d’autres l’ont fait avant moins et sans doute beaucoup mieux que je ne saurais le faire.

Je vais commencer par annoncer la couleur : je suis pour le mariage homosexuel, pour l’homoparentalité et donc pour l’adoption par des homosexuels.

Mais ça n’a pas toujours été le cas. La question du mariage me laissait jusqu’à il y a peu assez indifférente et l’adoption par des homosexuels me posait question.

Moi-même adoptée, je sais la difficulté que peut avoir un enfant à se construire sur une page blanche et je pensais qu’il n’était pas juste d’imposer à un enfant un environnement familial qui serait fatalement stigmatisé, moqué.

Je n’ai jamais remis en cause la capacité de parents homosexuels à élever un enfant, je pensais juste que deux papas ou deux mamans, c’était trop dur à vivre pour un enfant. Sans oublier que je suis d’une famille catholique, alors des parents homos, ça restait « zarbi » par rapport à mon éducation assez traditionnelle.

Et puis cette personne qui m’est chère m’a présenté sa compagne. J’ai passé quelques jours avec elles. Je les ai vues ensemble, amoureuses et complices, partager jeux et rires avec mon fils et les autres enfants présents. Et j’ai su que plus jamais je ne me poserais de questions.

J’ai compris qu’il serait absurde de ne pas leur donner la possibilité de fonder une famille et de transmettre tout cet amour. Ça m’est tombé dessus comme une évidence. À partir de ce jour, mes questions n’ont plus eu de raison d’être parce qu’il est évident qu’un enfant a besoin d’Amour, d’Amour et d’Amour. C’est tout.

Et j’ai pensé à ma grand-mère. Ma grand-mère de 92 ans qui, il n’y a pas si longtemps que ça, pensait encore que divorcer, ça ne se faisait pas et qui m’a soutenue de tout son cœur quand je me suis séparée du père de mon fils, parce qu’il « fallait que je m’en aille ».

Ma grand-mère de 92 ans qui me racontait qu’en son temps, les enfants des couples divorcés étaient montrés du doigt et qui me rassure en me disant qu’aujourd’hui c’est normal, que j’ai fait ce qu’il fallait et que mon fils ne s’en portera que mieux.

J’ai imaginé qu’un jour je pourrais expliquer à mes petits-enfants que de mon temps les enfants d’homosexuels étaient montrés du doigt, mais que maintenant c’est normal.

J’ai imaginé qu’un jour, mes petits-enfants s’étonneraient qu’il fût un jour interdit aux couples homosexuels de former un-foyer-comme-tout-le-monde.

J’ai imaginé qu’un jour, bientôt peut-être, je choisirais une robe magnifique pour célébrer le mariage de cette personne qui m’est chère et de sa compagne et qu’un jour je souhaiterais la bienvenue à leurs enfants.

J’ai imaginé qu’un jour, on trouverait ça normal que l’amour et la tolérance l’emportent.

Publicités

5 réflexions sur “Parents homos, parents normaux ?

  1. Carrément d’accord, l’essentiel c’est l’amour, encore et toujours l’amour…et peut être qu’avec le temps la tolérance prendra le dessus

    1. J’en suis persuadée Snoopy 🙂 Il y aura sans doute toujours des gens contre, comme il y a toujours des gens qui pensent qu’avoir un enfant hors mariage ou divorcer c’est mal, mais ils seront un jour en minorité. Les mentalités mettent du temps à évoluer mais elles évoluent.

  2. Je découvre ton blog, je suis tombé sur cet article. Lorsque je lis « je sais que ma prise de position risque de me faire perdre une partie de mon lectorat » je me demande ‘quelle est sa position?’ puis j’arrive à « Je vais commencer par annoncer la couleur » et là je me dis ‘ah va t on être encore d’accord?’….
    Tu dis vrai, et dans tes phrases je lis les miennes sur ce sujet. Un enfant heureux avec 2 papas ou 2 mamans, n’est ce pas mieux qu’un enfant malheureux seul, ou dans une famille déchirée, et donc un enfant dénigré?
    Lorsque tout le monde se déchire à dire oui ou non sur les parents homosexuels, ils feraient mieux de reformuler la question « Pour ou contre le bonheur d’un enfant » et là peut être seront ils capable de tomber d’accord…

    Bravo pour cet article
    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s